Petite Histoire de l’Horlogerie (Française)

horlogerie montre française

Du XIIIe siècle à aujourd’hui, des prémices de l'horlogerie à l’essor des garde-temps actuels, nous verrons, de manière non exhaustive, dans cet article l'histoire de l’horlogerie Française.

  • 1292 : Depuis que l’homme observe le cycle du jour et de la nuit, celui-ci n’a de cesse de vouloir mesurer le temps, le conduisant progressivement à imaginer des instruments de mesure plus ou moins précis. C’est donc un vif intérêt qui semble se développer à partir 1292 en France, époque où l'on trouve trace du premier horloger Français, Jehan l'Aulogier. 
  • Moyen-âge : L’horlogerie prend un premier tournant politique et religieux. Si pour l’Eglise la maîtrise du temps permet de rythmer la vie des chrétiens à travers ses horloges et ses clochers, les rois souhaitent l’utiliser pour affirmer la suprématie de leur pouvoir.
  • Vers 1410 : Apparition du ressort moteur grâce auquel naîtra l’horloge domestique réellement portable. Plus légère, elle acquière également un design plus fin et plus raffiné, ouvrant ainsi la voie à la miniaturisation et à la création des premières montres.
  • 1505 : Les premières montres portatives apparaissent. Leur invention est attribuée au serrurier et horloger allemand Peter Henlein qui est considéré comme le premier à avoir bâti une montre en 1505 à Nuremberg. Même si cette date est controversée, elle reste à ce jour la seule référence. En effet, de 1504 à 1508 Peter Henlein construit une montre » en forme de tambour, la « Taschenuhr », pouvant marcher 40 heures avant de devoir être remontée. Plus précisément, il s’agit de très petites horloges auxquelles il soude un anneau sur le côté. Elles peuvent ainsi être portées en sautoir ou au bout d'une chaîne autour du cou. Il faut noter que des textes d’archives font mention d’horloges portatives qui auraient été fabriquées plus tôt en Italie.

  • 1518 : En France, c'est François 1er qui inaugure la première montre « française » grâce à Julien Coudray en 1518. L’horloger blésois Julien Coudray est l'un des artisans créateurs les plus habiles du XVIème siècle. Nommé "horlogeur" des rois Louis XII et François 1er, il sera très respecté pour son savoir-faire. À l’époque, être l'horloger du roi, c'est avoir été choisi pour incarner sa vision. À la demande du roi François 1er, Julien Coudray réalise une montre incrustée dans le pommeau de deux de ses dagues. Julien Coudray est ainsi considéré, selon des sources historiques, comme l'inventeur de la montre portable.
  •  1685 : Si l’horlogerie devient synonyme d’art et de sciences au milieu du 17ème siècle grâce au perfectionnement des techniques, la révocation de l’édit de Nantes en 1685 sera un véritable fléau pour l’excellence horlogère Française. En effet, avant cette date la France, et plus précisément la Bourgogne-Franche-Comté, était le véritable berceau de l'horlogerie européenne. Avec la révocation de l’Édit de Nantes, le culte protestant est alors interdit, les temples sont détruits et de nombreux artisans comme les horlogers et les joaillers sont alors contraints à l’exil. On assiste alors à une émigration massive vers la Suisse des horlogers Français protestants, emportant avec eux leur savoir et leurs secrets de fabrication. Les conséquences seront désastreuses pour la France qui voit fuir une foule d’artisans mais aussi de professeurs talentueux.
  • C’est en 1700 que l’horlogerie Française retrouve sa renommée avec le siècle des Lumières. Le savoir-faire des maîtres horlogers Français tel que Julien Leroy, permettra de rattraper le retard causé par la révocation de l'Edit de Nantes. Paris devient ainsi le foyer incontournable du savoir-faire horloger, et attire des talents venant des quatre coins de l’Europe. La seconde moitié du siècle des Lumières est marquée par l’effervescence des sciences et des techniques. Ainsi les montres se révèleront plus précises, plus simples et gagneront en confort d’utilisation comme en discrétion. 
  • 1777 : Invention du mouvement automatique, à la fin du 18° siècle, avec l’horloger suisse Abraham Louis Perrelet et sa montre à secousses. Cependant, les historiens ne sont pas unanimes concernant l'origine de cette invention. Si pour certains, il s'agit de l'horloger suisse Abraham Louis Perrelet, pour d'autres ce dispositif aurait été inventé par l'horloger liégeois Hubert Sarton en 1778 avec un remontage à rotor.

Impossible de parler de l’histoire de l’horlogerie française sans citer Abraham-Louis Breguet !  Cet horloger et physicien français et prussien a beaucoup apporté à l’horlogerie avec une longue liste d’inventions et de perfectionnements. Breguet est avant tout connu, pour avoir inventé le Tourbillon. Cette invention est déposée en 1801 mais n'est dévoilée au public qu’en 1806. C’est une invention majeure pour l’horlogerie moderne, puisque ce dispositif visionnaire parvient à neutraliser les effets de l’attraction terrestre sur la précision du mouvement de la montre. Breguet est également connu pour avoir amélioré le remontage automatique, quelques années plus tôt, en 1780. Mais l'inventeur de la montre automatique, est selon les archives, soit Perellet, soit plus probablement Sarton. Parmi la liste des innovations que Breguet fût amené à mettre au point, on retrouve celle du remontage automatique (1780), du ressort timbre et de l’équation du temps (1785), du pare-chute (1790), du quantième perpétuel (1795), du fameux tourbillon (1801) ou encore du chronographe en 1820.

  • 1816 : Le premier chronographe est attribué à l’horloger Louis Monet en 1816, avec le retour à zéro de l'aiguille. Louis Monet a appelé son compteur « compteur de tierces », cependant, ce n'est pas un chronographe au sens moderne du terme puisque ce compteur ne donne pas l’heure. Quelques années plus tard, en 1832, un autre modèle est fabriqué par Rieussec ou encore en 1844 par l’horloger suisse Adolphe Nicole.
  • 1862 :  Cette année est marquée par la création de l'école d'horlogerie de Besançon. En 1862, le conseil municipal de Besançon vote la création d'une "école théorique et pratique d'horlogerie". Il s'agit donc d'une école publique, mais, dans les faits, une école d'horlogerie existait déjà en 1844, celle de l'Abbé Faivre, rue Battant. Ainsi la Franche-Comté et le département du Doubs s’imposent véritablement comme le premier pôle horloger français pour l'industrie de la montre. 
  • Au 19ème siècle, dans une quête perpétuelle de praticité, le remontoir des montres est déplacé de l'index 12 à l'index 3. Certaines montres appelées savonnettes et équipées d'un couvercle possèdent à cette époque d’une tige de remontoir à 3 heures. En 1810, Abraham Louis-Breguet créer une montre-bracelet à complications pour la reine consort de Naples, Caroline Bonaparte.

Les horlogers de l'époque proposaient pour la clientèle féminine des montres-pendentifs, de taille plus réduite, que l'on suspendait au cou à l'aide d'une chaîne ou d'un ruban. Dans certains cas, c'était plus un bijou qu'un objet fonctionnel. La montre bracelet s’apparente comme un bijou réservé aux femmes. Ce sont les militaires, et plus particulièrement les pilotes qui ont démocratisé la montre-bracelet en tant qu'instrument de mesure du temps. La première guerre mondiale (1914-1918) amène tout naturellement les premières montres bracelets, inspirées des bricolages hasardeux ou ingénieux, apportés par les poilus à leurs montres de poches. Il leur fallait avoir les mains disponibles pour tenir le fusil, la cigarette, la gamelle, charger le fusil, allumer la Gauloise ou sortir la fourchette, l'heure au bras était donc indispensable. La vieille montre de poche était alors insérée dans une petite enveloppe de cuir, équipé d'une petite ceinture.

  • La fin du XIXème assistera à l’accroissement de la production en série. Les différentes étapes de fabrication des montres étant concentrées au sein de la même manufacture, on y rencontre l’ensemble des corps de métier de l’horlogerie. 
  • Il faudra attendre 1875 pour assister au développement des transports, à l’origine de l’unification du temps. Si auparavant chaque ville était réglée selon sa propre heure solaire, la création du méridien du Greenwich s’impose comme la référence horaire et servira désormais de repère aux réseaux ferroviaires du monde entier.
  • Au début du XXème, la résistance des montres devient une priorité, illustrée en 1931 avec l’invention du verre incassable. La montre bracelet devient un véritable objet du quotidien qui ne cesse de se démocratiser grâce aux prouesses techniques de leurs inventeurs.
  • 1970 : L'arrivée du quartz dans les années 1970 est une véritable révolution, et sera à l’origine de l’affichage numérique. 
  • Années 1970 et début des années 1980 :

C’est l’arrivé des montres à quartz sur le marché et le début de la crise du quartz. Cette crise désigne les bouleversements économiques de l’industrie horlogère. La crise du quartz débute par une innovation du fabricant japonais Seiko qui commercialise la première montre à quartz en 1969. Très précises, les montres à quartz ont alors largement supplanté les montres mécaniques. L’industrie horlogère Suisse fait toutefois le choix de rester attachée à la technologie traditionnelle des montres mécaniques et de se spécialiser dans le marché du luxe. Cette crise entraîne la montée en puissance des entreprises asiatiques, qui vont assurer désormais l'essentiel de la production mondiale de montres bon marché après avoir adopté la nouvelle technologie. Toutefois, si la crise a fortement frappé les horlogers historiques suisses et japonais, elle a permis à d'autres acteurs d'émerger durablement, essentiellement sur le segment de la montre utilitaire. Des fabricants qui sont aujourd'hui largement implantés sur le marché grand public.

  •  2021 : Au cours des derniers siècles, le monde de l’horlogerie a connu un développement sans précédent. Véritable élément du quotidien, l’heure est dorénavant intégrée à une multitude d’équipements. Si l’horlogerie mécanique a connu une croissance importante durant le début des années 2000, nous observons également l’apparition de montres connectées. L’horlogerie montre une fois de plus à quel point les évolutions restent possibles en alliant savoir-faire, tradition, mode et technique...

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l'horlogerie, Timothé vous explique dans cette vidéo 10 faits que vous ne savez peut être pas en horlogerie. 



Voir l'article entier

La montre d'Andy Warhol en vente chez Christie's
La montre d'Andy Warhol en vente chez Christie's

Aujourd’hui, la Team Charlie Paris a décidé de vous parler d'Andy Warhol ou plutôt de ses montres. En effet, le roi du Pop Art était un collectionneur de montres et il en possédait plus d’une centaine. Dans cet article, nous vous présentons Andy Warhol, non pas en tant qu’artiste mais comme collectionneur de montres.
Voir l'article entier
montre été
Choisir la montre idéale pour des vacances d'été réussies

Dans cet article, la team Charlie Paris vous informe sur certains points à respecter avec une montre d'été et vous propose sa sélection de montres pour hommes et femmes, idéales pour cet été. 
Voir l'article entier
puis-je porter ma montre mécanique pour faire du sport ?
Puis-je porter ma montre mécanique pour faire du sport ?

Aujourd'hui, la Team Charlie Paris vous explique s'il est possible de porter une montre mécanique pour faire du sport.
Voir l'article entier

Le plus beau reste l'avenir